Robe en jersey à manches longues

Robe en jersey à manches longues

Dut8evR4S9

Robe en jersey à manches longues

Robe en jersey à manches longues
A la une
  • Robe basique
  • Design élégant
  • Disponible en 3 coloris

Que porter lorsqu´il fait ni trop chaud ni trop froid ? Opter pour cette robe courte à manches longues bien sûr ! À la fois chic et sexy elle séduit par son confort et sa simplicité . Elle sera parfaite portée avec des ballerines ou encore des bottes.

Matière 60% Coton 40% Polyester
Couleur Gris foncé Noir Rouge
Lavage Lavage en machine à 30°c
Plus de détails
  • Col rond
Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues Robe en jersey à manches longues

Dans cet ancien bassin minier de Lorraine à quelques kilomètres de l’Allemagne, le candidat frontiste compte bien capitaliser sur les gros scores de Marine Le Pen à l’élection présidentielle. Peu importent les divergences nouvelles entre les deux figures du parti d’extrême droite puis la création de son micro-parti, Les Patriotes , le 16 mai.

Superbe accueil ce matin à Freyming-Merlebach Merci ! 💖👍🇫🇷 pic.twitter.com/QoVkuA8Ha5

— Florian Philippot (@f_philippot) June 8, 2017

« C’est normal que Florian Philippot ne soit pas toujours d’accord avec elle »

A Freyming-Merlebach, les habitants semblent bien s’en moquer. « Tout ça, c’est interne au parti, coupe Michel, derrière le comptoir de l’auberge du Barrong. De toute manière, on entend beaucoup moins parler de ces élections que de la présidentielle. » Ceux qui ont suivi les récentes bisbilles du FN n’y voient d’ailleurs pas un mal pour autant.

La question est d’importance pour les indépendants - comme, d’ailleurs, pour les fonctionnaires - car sans compensation la hausse de la CSG risque de faire baisser leurs revenus. Pour rappel cette revalorisation de 1,7 point est censée financer la suppression des cotisations chômage et maladie des salariés du privé, ce qui  s’avérera positif pour la plupart de ces derniers. Mais les indépendants, eux, ne paient pas de cotisations chômage. Il faut donc trouver une solution ad hoc.

Le dossier est d’autant plus épineux que le niveau de cotisations maladie n’est pas toujours le même selon la profession exercée par ces indépendants. Ce taux est normalement de 6,5% mais certains médecins  n’en paient quasiment pas.  De plus, ce projet s’articule autour de plusieurs autres réformes touchant le même public : notamment l’adossement du RSI au régime général ainsi que l’ouverture de l’assurance chômage aux indépendants.

Alors que sera présenté en Conseil des ministres, dans une dizaine de jours, le projet de loi sur la moralisation de la vie politique promis par Emmanuel Macron durant sa campagne, des soupçons d'affaires, concernant les ministres Richard Ferrand et Marielle de Sarnez mettent dans l'embarras le président de la République. Thierry Solère, député (LR) des Hauts-de-Seine, n'a pas souhaité commenter directement ces affaires sur le fond, arguant qu'il n'avait pas les éléments pour le faire. En revanche, l'ancien porte-parole de François Fillon se dit en faveur d'une loi de moralisation sur le principe : « Ce que je crois, c'est que tout ça irrite profondément l'épiderme des Français et rompt le lien de confiance. Donc il est important, s'il y a une nouvelle loi qui permet d'améliorer les choses, qu'elle soit concrète et qu'elle permette que des pratiques légales, mais qui ne sont plus acceptées, n'aient plus lieu demain parce qu'elle deviendraient illégales. »

 Page précédente

Les communes